20 ans, 20 hôtels

2021 : 20 ans de reportages tourisme, 20 hôtels coup de cœur
Design, luxe, vintage, cosy, les pieds dans le sable ou en altitude… ces hôtels ne sont pas forcément les plus luxueux ou les plus spectaculaires. Juste les plus marquants, ceux qu’une rencontre, une anecdote, un moment de grâce a rendu exceptionnels.
Ceci n’est pas un palmarès, simplement de très belles adresses à partager. Une sélection éclectique, très personnelle et assumée.
Rendez-vous dans dix ans pour un nouveau bilan !

Afrique du Sud : Babylonstoren, près du Cap

Au pied des montagnes de la vallée du Drakenstein, une ferme-hôtel chic et design, idéale pour s’offrir une pause détox et rayonner dans la région des vins. Les suites occupent des bâtisses blanchies à la chaux, entre architecture Cape Dutch et style baroque hollandais. Elles sont disposées en enfilade, entre les vignobles à perte de vue et le jardin extraordinaire. En prime, le restaurant dans les anciennes étables et le spa dans un réservoir de la ferme.
Pourquoi là ? Pour avoir appris ce jour-là, au milieu des Sud-Africains, la mort de Nelson Mandela, en 2014. Un vertigineux moment d’émotion.

Madagascar : Constance Lodge Tsarabanjina

Une île-hôtel exclusive et intimiste, petit bout de terre paradisiaque, rien que pour soi… ou presque : c’est le concept. Cette île privée au nord-ouest de Madagascar, dans l’archipel des Mitsio, non loin de Nosy Be, est sacrée pour les Malgaches. Elle abrite une faune et une flore exceptionnelles, notamment des colonies d’oiseaux, et est entourée d’une barrière de corail. Les bungalows en palissandre, décorés avec goût et simplicité dans un style éthique-chic, sont disposés en bord de plage et descendent en pente douce vers l’océan Indien.
Pourquoi là ? Pour l’ambiance « no news, no shoes » en mode grand confort et cette impression rare et grisante d’être coupé du monde.

Suède : Ett Hem à Stockholm

Derrière un haut mur d’enceinte en briques, tout un monde d’élégance feutrée : un jardin coquet, au fond une véranda vitrée, et puis la maison (« ett hem » en suédois) qui évoque le langage architectural de la Scandinavie du début des années 1900. Le décor, raffiné et sophistiqué, est signé Ilse Crawford. Les amateurs de privilèges exclusifs et d’atmosphère intimiste, lassés des grands hôtels impersonnels, n’y résistent pas.
Pourquoi là ? Pour l’esprit « comme à la maison » : on peut jouer au piano dans le salon, se servir en biscuits maison dans la cuisine…

États-Unis : 1 Hotel Brooklyn Bridge à New York

L’un des premiers hôtels urbains au positionnement écoresponsable abouti : coton biologique, matériaux recyclés, cuisine locavore, plantes vertes dans les chambres, mur végétal dans le lobby… tout y est. Son autre atout, c’est son toit-terrasse avec piscine qui offre un panorama unique, à couper le souffle, sur le pont de Brooklyn et, au-delà de l’East River, sur la skyline de Manhattan.
Pourquoi là ? Dans une ville comme New York, rares sont les hôtels qui réussissent à se démarquer. Le 1 Hotel est de ceux-là, et pas seulement parce qu’il est situé à Brooklyn plutôt qu’à Manhattan.

France : 9Confidentiel à Paris

Un 5-étoiles de poche, aussi étroit que haut, qui illumine le Marais. Derrière la façade Art Déco, Philippe Starck célèbre l’esprit romanesque, un brin espiègle, de l’entre-deux guerres. Murs jaune pâle et rose poudré, chêne clair, laiton brossé, miroirs biseautés, tapis géométriques… Les chambres, les salons feutrés et le bar à cocktails reprennent tous les codes de l’époque.
Pourquoi là ? Cet hôtel incarne la quintessence de l’esprit parisien, l’élégance, l’art de vivre, la fantaisie… dans l’un des quartiers les plus séduisants et branchés de la capitale.

France : Baudon de Mauny à Montpellier

En plein centre historique, à deux pas de la préfecture, un hôtel particulier du XVIIIe siècle prolongé par une aile du XIVe siècle. Les chambres, spacieuses, s’amusent du contraste entre les moulures et gypseries d’époque et les pièces design : chaises Bertoïa, papier peint Cole & Son, imprimés Marimekko…
Pourquoi là ? Dès l’entrée, dans la cour de l’hôtel particulier, le temps s’arrête. Bluffant !

Italie : Bulgari Hotel Milano à Milan

Le premier hôtel portant le nom du joaillier italien, illustration parfaite de la conception milanaise du luxe contemporain. Ce palace urbain avec spa et piscine intérieure a investi une bâtisse du XVIIIe siècle au fond d’une allée privée, à cinq minutes de la via Montenapoleone. Ses chambres et suites donnent sur un jardin de 4000 m2, rare en ville…
Pourquoi là ? Pour l’aperitivo, au milieu du tout-Milan et des VIP de passage.

Espagne : Cap Rocat à Palma

Une impressionnante citadelle fortifiée, érigée au XIXe siècle en front de mer, à quelques minutes du centre-ville de Palma. Sa transformation en hôtel de luxe exclusif, dans le respect de l’architecture et de l’environnement, relève de l’exploit. Les chambres sont aménagées entre les tours de guet et les patios. Autour, une réserve naturelle de 30 hectares. Droit devant, la Méditerranée.
Pourquoi là ? Pour l’expérience du spa (privatisable), sculpté dans les profondeurs de la forteresse, sa sublime piscine d’eau salée surmontée d’une verrière, ses lits majorquins pour se détendre…

Indonésie : Four Seasons Sayan à Bali

Un hôtel-sanctuaire à l’architecture spectaculaire, qui puise dans l’énergie de la nature la clé du bien-être. Une vertigineuse passerelle mène au toit, tout aussi spectaculaire, d’un vaisseau amarré au beau milieu d’une forêt luxuriante. En fond de vallée, deux rivières, les villas, la piscine en terrasses et les pavillons dédiés au spa, aux séances de méditation.
Pourquoi là ? Pour le plaisir de marcher sur l’allée centrale cernée d’un miroir d’eau comme sur un lotus géant jusqu’au rooftop, en surplomb de la forêt.

Allemagne : Gastwerk Hotel Hamburg à Hambourg

Un ancien complexe gazier reconverti en hôtel design. La façade imposante, les cloisons de briques, la structure métallique, les colonnes et tuyaux ont été conservés et le style industriel est intact. Mais c’est surtout l’exploitation de l’espace et de la lumière et l’aménagement intérieur, notamment dans l’impressionnant lobby, qui font de cet hôtel une adresse hors-normes.
Pourquoi là ? Pour l’impression de séjourner dans un ovni hôtelier, totalement unique en son genre, surtout si on réserve un loft avec balcon intérieur donnant sur le lobby.

Sénégal : La Résidence à Saint-Louis du Sénégal

Un hôtel de légende dans une ville qui l’est tout autant. Créé en 1950 par le publicitaire Marcel Bleustein-Blanchet, il a été rénové avec simplicité et charme par ses adorables propriétaires. Les chambres entourent deux jolis patios. A voir, la terrasse panoramique. A tester, le bar et le restaurant, l’une des meilleures tables du coin.
Pourquoi là ? Pour le souvenir d’un dîner improvisé et à rallonge avec Richard Bohringer et de ses paroles si poétiques : « J’aime Saint-Louis pour sa tragédie, sa splendeur, sa mémoire. C’est une galaxie à part entière, une ville mystique à l’atmosphère complètement unique, qui a tout pour séduire les égarés romanesques. »

Thaïlande : Ma Du ZI Hotel à Bangkok

Dans le quartier de Sukhumvit, l’hôtel confidentiel par excellence, discret, exclusif : un gardien veille devant l’imposant portail d’entrée et sans réservation préalable, d’une chambre ou d’une table au restaurant, il ne reste plus qu’à rebrousser chemin ! Une fois à l’intérieur, on apprécie le luxe sans esbroufe, le service parfait, l’ambiance ultra-zen.
Pourquoi là ? Pour le sentiment rare et grisant d’avoir déniché l’un des secrets les mieux gardés de Bangkok.

Italie : Masseria Trapanà dans les Pouilles

A dix minutes de la sublime Lecce et de la côte Adriatique, une propriété aménagée entre le VIIIe et le XVIe siècle, au milieu des champs d’oliviers. Réhabilitée par un Australien, la ferme fortifiée (masseria) abrite des suites grandioses avec plusieurs éléments d’origine : plafonds voutés, cheminées monumentales, fresques… et même mangeoires pour le bétail. Excellent restaurant. Bien vu, les séances de massage et de yoga dans les jardins.
Pourquoi là ? Pour l’ambiance hors du temps, solennelle (dans la mini-chapelle), presque mystérieuse (dans le spa créé dans un espace souterrain qui servait à stocker et à presser les olives).

Singapour : Parkroyal on Pickering à Singapour

Un hôtel-jardin écoresponsable, conçu à partir de matériaux naturels (bois, pierre, verre…) avec une façade percée de terrasses géantes aux courbes voluptueuses, recouvertes de plantes tropicales, de miroirs d’eau et de cascades. Les chambres elles-mêmes sont imprégnées de cette ambiance inspirée par la nature. Le cinquième étage est dédié au bien-être avec une piscine à débordement, un spa et une salle de fitness face aux gratte-ciels de la ville.
Pourquoi là ? Pour l’effet waouh des jardins suspendus dans le vide.

Cambodge : Phum Baitang près de Siem Reap

A quelques kilomètres des temples d’Angkor, un ensemble de suites avec terrasse ou piscine privée réparties dans des maisons sur pilotis en bambou qui évoquent celles des paysans cambodgiens. Ce « village » (« Phum Baitang » en khmer) écologique, au luxe discret, donne tout son sens à l’expression « havre de paix ». En fin de séjour, chaque client repart avec un sachet de riz cultivé sur place.
Pourquoi là ? Pour la sensation apaisante d’une immersion totale au cœur des rizières.

Portugal : Quinta da Comporta dans l’Alentejo

A une heure de Lisbonne, deux kilomètres de l’Atlantique, un 5-étoiles à la fois rural et design, en lieu et place de fermes. Au choix, chambres, suites ou villas avec piscine. Le restaurant divin et la piscine à débordement sont orientés plein cadre vers les rizières. Partout, un style traditionnel réinventé, bien ancré dans son époque : murs blancs, meubles et objets décoratifs en corde, paille tressée et osier, têtes de lit en azulejos aux motifs d’écailles de poissons superposées…
Pourquoi là ? Une adresse exquise dans une région qui mérite bien son surnom de « Cap Ferret du Portugal », à apprécier tout au long de l’année pour un grand bol d’air iodé.

France : Refuge de Solaise à Val d’Isère

Une gare de téléphérique agrandie pour devenir un hôtel rustico-chic, perché à 2 551 mètres d’altitude. Le lobby occupe ce qui était auparavant la gare d’arrivée. Les chambres à réserver en priorité, avec vue plongeante sur la vallée, murs en pierre et béton brut, sont traversées par les impressionnantes poutres métalliques qui soutenaient autrefois la cabine.
Pourquoi là ? Pour vivre en hiver l’expérience de la vie en autarcie, quand les remontées mécaniques cessent leur activité, que les skieurs sont tous redescendus dans la station.

États-Unis : Vagabond Motel à Miami

Atmosphère 100 % Mid-Century dans ce motel pur jus en plein Mimo District, authentique à défaut d’être luxueux. Fermé pendant des décennies, il a repris vie récemment. Ses chambres sont décorées de couleurs vitaminées et de motifs graphiques. La piscine, avec une sirène en mosaïque au sol, et le bar en béton ont été remis à neuf. La pancarte est un copier-coller de l’originale. Le restaurant au look vintage est un must.
Pourquoi là ? La rumeur dit que Sammy Davis Jr a séjourné dans ce motel des années 50, qui transporte dans un décor de film.

France : Hôtel Ville d’Hiver à Arcachon

Exit l’usine élévatrice d’eau de la Ville d’Hiver, le quartier cossu sur les hauteurs d’Arcachon. L’hôtel au décor feutré qui a investi ses murs possède en complément des dépendances au style balnéaire XIXe siècle avec balcons en bois ouvragés, briques apparentes et marquises. Cachée dans la verdure, la piscine squatte un ancien réservoir d’eau. Les terrasses couvertes qui l’entourent, les murs et les poutres métalliques ont gardé leur aspect brut.
Pourquoi là ? Pour le sens du détail et du clin d’œil : autour de la piscine, les fauteuils de plage vintage populaires sur les plages du Nord de l’Europe ; dans le salon-bibliothèque, la collection de livres érotiques ; dans le restaurant-bar, les lampes Bestlite inspirées du Bauhaus et les affiches de cirque datant des années 20…

États-Unis : Duncan House, en Pennsylvanie

Une maison-témoin conçue par Frank Lloyd Wright, bâtie en 1957 dans l’Illinois, démantelée et reconstruite dans une forêt au milieu de nulle part, à deux heures de route de Pittsburgh. Minimaliste et d’un confort sommaire, cette villa en bois, composée d’un vaste living-room avec cheminée et fauteuils Eames, de trois chambres et d’une cuisine équipée avec des accessoires d’époque, se loue à la nuit.
Pourquoi là ? Y dormir est un privilège, une expérience déroutante au premier abord, mais fabuleuse et inoubliable. Un rêve de fan !

© Magnus Marding (Ett Hem), Alessandro Colazzo (Masseria Trapana), Alex Teuscher (Phum Baitang), Manolo Yllera (Quinta da Comporta), P. Monetta (Ville d’Hiver), DR, Céline Baussay.