Malmö, la ville idéale ?

A Malmö, on voit la vie en vert. La troisième ville de Suède a su conjuguer urbanisme et développement durable et créer de toutes pièces des quartiers 100 % écolo. Architecture, énergie, transports : rien n’est laissé au hasard. Gros plan sur la capitale « green » la plus avant-gardiste d’Europe.

Le printemps arrive enfin sur Malmö. Du petit matin jusqu’à la tombée de la nuit, des nuées de badauds se croisent sur la longue esplanade de bois qui longe la mer. Quelques-uns s’installent aux terrasses des cafés et restaurants pour profiter de la vue imprenable sur le détroit, les kilomètres de plages et, au loin, le pont de l’Öresund, œuvre monumentale inaugurée en 2000 pour relier le Danemark et la Suède. Nous sommes à Vasträ Hamnen, le « port Ouest » en français. Là où tous les Suédois qui ont la fibre écolo rêvent aujourd’hui d’habiter…

Comment imaginer qu’ici même, il y a une vingtaine d’années, le quartier offrait un terrible spectacle de désolation ? C’était alors une friche industrielle en plein déclin. Les chantiers navals Kockums et l’usine automobile Saab venaient de fermer leurs portes. Les grues ont cessé toute activité et les navires sont devenus de tristes carcasses. Déterminé à faire revivre ce vaste no man’s land, Ilmar Reepalu, le maire, architecte de métier, a eu en 2001 l’idée lumineuse de lancer un concours, associé à un salon de l’habitat, sous le nom de Bo01. Il a donné carte blanche à une poignée d’architectes pour imaginer, à partir d’une vingtaine de critères, des « maisons témoins » respectueuses de l’environnement, préfigurant ce que pourrait être la ville du futur. « Nous nous sommes inspirés des idées mises en oeuvre dans des villes comme Hambourg, Freiburg, Växjo, Barcelone ou Portland », explique Trevor Graham, responsable du département Développement durable à la mairie de Malmö. Une conjonction de facteurs ont ensuite joué, selon lui : « une volonté politique forte, des soutiens financiers de l’Etat, une vraie culture de l’innovation et de la prise de risques dans la ville, un esprit pionnier, qui a fait suite à la crise économique du début des années 1090. »

Le bilan de Bo01 s’est vite révélé très positif et a largement dépassé les prévisions les plus optimistes. Vasträ Hamnen s’est transformé en un village beau et bio, où il fait bon vivre, dans des maisons contemporaines ou des immeubles à taille humaine, superbes réalisations architecturales tout en béton et en verre, percées de larges fenêtres et de terrasses verdoyantes. Quel contraste avec les maisons à colombages du centre ville !

Tout près de là, la Turning Torso, œuvre de l’architecte et artiste espagnol Santiago Calatrava, achevée en 2005, a détrôné le portique des chantiers navals Kockums comme emblème de la ville. D’abord parce que la silhouette spectaculaire de cette tour de 190 mètres de hauteur, qui semble tourner sur elle-même, se détache nettement dans le ciel. Ensuite parce que la Turning Torso ne consomme que de l’énergie renouvelable, respectant ainsi des valeurs liées au respect de l’environnement qui sont devenues essentielles pour la ville et ses habitants, ces dernières années.

Des techniques simples mais efficaces

Au niveau architectural, Vasträ Hamnen se caractérise par une étonnante diversité des hauteurs, des formes, des matériaux (bois, béton léger, verre…) et même des couleurs, sobres ou éclatantes. Difficile de trouver deux maisons ou deux immeubles similaires. Pour autant, l’ensemble est incroyablement harmonieux et élégant.

La combinaison des solutions « vertes » ne saute pas aux yeux. Pourtant, elle est redoutablement efficace. Dans ce quartier essentiellement résidentiel, toutes les habitations sont « passives » : la consommation énergétique est considérablement réduite, grâce à l’utilisation maximale de la lumière naturelle (par de grandes fenêtres, orientées vers le Sud), la limitation des pertes de chaleur (par une très bonne isolation) et la gestion, par les habitants eux-mêmes, de leur consommation propre, grâce à des compteurs électriques individuels. Cerise sur le gâteau, le peu d’énergie consommée, en électricité et en chauffage, ne provient que de sources renouvelables : ici, on a recours aux capteurs solaires, chauffe-eau solaires, panneaux photovoltaïques, éoliennes et sources d’eau chaude souterraines. Zéro gaspillage : telle est la norme à Vasträ Hamnen.

Le recyclage est aussi une priorité absolue : les matériaux de construction des habitations et du mobilier urbain ont été choisis en fonction de ce critère. Le tri des déchets ménagers est réalisé grâce à un système de canalisations souterraines à vide d’air et la production de biogaz est systématisée. Faire du compost à partir des déchets alimentaires est aussi devenu une évidence pour tous les habitants du quartier.

Le traitement des eaux usées est tout aussi systématique. Le drainage et l’écoulement des eaux s’effectuent à ciel ouvert, dans des canaux, bassins et fontaines. Dans les jardins et espaces verts, évidemment arrosés avec de l’eau de pluie (récupérée par un système de canaux), la biodiversité est favorisée avec l’introduction d’espèces animales et végétales variées. Des espaces protégés pour servir d’habitat aux grenouilles en hiver et de lieu de reproduction des mésanges ont même été aménagés.

A Vasträ Hamnen, la plupart des cours intérieures possèdent des carrés de verdure. On voit aussi beaucoup de toits végétalisés, qui sont non seulement esthétiques, mais aussi très utiles, puisqu’ils permettent la circulation d’air frais (plus besoin d’air conditionné !) et la réduction des nuisances sonores, soulagent le système d’égout pluvial, protègent la base du toit et renforcent la biodiversité.

S’il est le plus connu, Vasträ Hamnen n’est pas le seul éco-quartier de Malmö. A Augustenborg, en particulier, les panneaux solaires, installations de recyclage et de compost, toits verts, systèmes de drainage des eaux de pluie ont aussi été généralisés. Les habitants ont été totalement impliqués dans le projet de développement, en particulier sur l‘aménagement des espaces verts et des zones de circulation et la conception des équipements publics, tels les logements pour personnes âgées ou l’école du quartier, qui ont adopté des solutions durables.

Plus globalement, c’est toute l’agglomération de Malmö qui a pris un virage « vert » : de nombreux restaurants et boutiques se sont engagés dans le commerce équitable et l’utilisation de matières premières biologiques. Les cyclistes disposent d’environ 500 kilomètres de pistes et à certains carrefours, leur passage déclenche automatiquement le feu vert à leur intention ! Un système centralisé de covoiturage a été mis en place. Les bus utilisent des carburants non polluants. Les employés de la municipalité chargés de l’entretien de la voirie circulent en véhicules électriques. Le réseau des transports urbains est optimal. Malmö possède avec Lillgrund le troisième parc éolien du monde : ses 48 turbines alimentent 60 000 foyers. Et la production de biogaz à très grande échelle est en projet. Dans cette ville-modèle, dont près de la moitié des habitants ont moins de 35 ans, le bilan carbone neutre et 100 % d’énergie renouvelable pourrait bien devenir une réalité, comme l’avait promis Trevor Graham.

www.visitsweden.comwww.malmotown.com

Photos : Malmö / Alice Lessner, Janus Langhorn, Miriam Preis, Werner Nystrand.

Article reformaté pour le web – Parution initiale dans IDEAT, 2009.

Laisser un commentaire