Los Angeles, côté plages

La baie de Santa Monica, à l’ouest de Los Angeles, déroule des kilomètres de plages cool et lifestyle le long du Pacifique, de Malibu à Manhattan Beach.

 

Entre mer et montagne, palmiers et cabriolets, l’ambiance est cool, extravertie, parfois superficielle, souvent lifestyle. Dans la baie de Santa Monica, le mythe de la Californie devient réalité. La preuve en quatre plages.

 

Malibu, la plus chic

Paradis des milliardaires de Los Angeles qui viennent se détendre dans leur villa ou leur beach house sur pilotis, Malibu aligne des plages de toute beauté : Surfrider est la préférée des surfeurs. Zuma Beach étire son long tapis de sable blond. Plus difficiles d’accès, El Matador et Point Dume State Beach sont aussi plus calmes et sauvages, à l’abri des falaises. La crique de Paradise Cove, elle, porte bien son nom, avec son décor idyllique et son emblématique bar-lounge. En toile de fond, derrière la Pacific Coast Highway qui longe le littoral, les montagnes font le bonheur des randonneurs qui grimpent au sommet pour profiter de vues à couper le souffle sur le Pacifique d’un côté, sur Los Angeles de l’autre.

 

Santa Monica, la plus éclectique

Historiquement prisée du gratin d’Hollywood, Santa Monica ressemble à une kermesse en bord de mer avec son pier qui marque la fin de la célèbre Route 66, ses manèges et sa grande roue alimentée par des panneaux solaires. Mais un signe ne trompe pas : elle possède les deux seuls Leading Hotels of the World de Los Angeles, tous les deux posés sur le sable (Shutters on the Beach et Casa Del Mar). La plage est large, très agréable, et il n’est pas rare d’apercevoir des dauphins, et parfois même des baleines. En retrait, la Third Street Promenade est un temple du shopping, avec les flagships de plusieurs grandes enseignes américaines et même californiennes, comme Banana Republic ou American Apparel.

 

Venice Beach, la plus bohème

Sur l’Ocean Front Walk, son front de mer, Venice Beach voit défiler une population bigarrée et volontiers excentrique composée de beatnicks et de hippies, de jolies filles en bikini et en rollers, de skateurs, surfeurs et autres joggeurs. Musiciens, danseurs de hip hop et jongleurs assurent le spectacle. Un peu plus loin, les bodybuilders viennent sculpter leur corps sur les équipements de Muscle Beach : une salle de musculation en plein air qui constitue une curiosité en soi !

A l’arrière plan, les ruelles cachent des trésors insoupçonnés : des petits cafés cosy, des œuvres de street art XXL et surtout un quartier quadrillé de canaux où s’alignent de charmants cottages avec jardin fleuri et mini-terrasse les pieds dans l’eau.

© JC Lapostolet

Cette réplique de Venise en pleine Californie, on la doit à Abbot Kinney, magnat du pétrole, qui possède un boulevard à son nom, quelques blocs plus à l’Est. Et quel boulevard ! Il concentre les adresses les plus branchées et les plus cool de la côte : concept stores mode et design, cafés et restaurants stylisés en enfilade. Même si les défricheurs de tendances lui préfèrent de plus en plus Rose Avenue…

 

Manhattan Beach, la plus discrète

Plus connue des Angelenos que des touristes, Manhattan Beach est appréciée pour son atmosphère smart et décontractée. Les familles se mêlent ici aux beautiful people qui jouent au volley sur la plage, sillonnent les rues commerçantes face au pier et dégustent une glace XXL avant de rentrer à West Hollywood. Sa voisine, Hermosa Beach, lui ressemble de plus en plus et voit fleurir les gastropubs.

 

Les trucs en plus… et en moins

Le + : une piste cyclable longe le littoral sur environ 50 km, de Malibu à Redondo Beach. Avec quelques petits faux-plats, mais rien de bien méchant…

Le – : Dockweiler State Beach est une plage sans intérêt et surtout pas très glamour avec l’aéroport et la centrale électrique juste derrière !

 

Los Angeles Tourism : www.discoverlosangeles.com

Photos : Discover LA by Matt Marriott

Article reformaté pour le web – Parution initiale dans le magazine Désirs de Voyages, 2016.

 

Laisser un commentaire