Les Seychelles en vieux gréement

D’île en île, le Sea Pearl invite à une découverte originale des Seychelles : en immersion totale, dans l’un des plus beaux archipels du monde.

Un samedi d’avril, 10 h. L’embarquement sur le Sea Pearl ne va pas tarder. Les passagers convoqués ce matin-là au port de Victoria trépignent d’impatience devant ce voilier qui va bientôt les emmener en direction des Iles intérieures de l’archipel seychellois. Même coincée à quai, elle a fière allure, cette goélette de 35 mètres de long à la silhouette élancée et au destin mouvementé : construite en 1915 aux Pays-Bas comme vaisseau de pêche, elle fut le dernier bateau à voile de la flotte des harenguiers hollandais. Après des décennies en mer du Nord, elle est partie naviguer dans les Caraïbes et au Canada. En 1999, elle a été restaurée et livrée aux Seychelles pour rejoindre la flotte de la compagnie Silhouette Cruises.


Voilà l’heure tant attendue du départ. Le bateau quitte le port en douceur, enfin libéré. Cinq heures de navigation sont prévues. Le temps pour le capitaine de faire un briefing sur le programme de la semaine, les consignes de sécurité, la vie à bord (« Quand la cloche sonne, c’est l’heure de passer à table »). L’occasion aussi pour les passagers de s’installer tranquillement dans leur hôtel flottant, fringant centenaire qui a su conserver son charme d’antan, avec sa voilure blanche (d’une surface de 520 m2 !) et ses finitions en bois et en cuivre, rénovées avec soin. Le parquet craque sous les pieds, mais personne ne trouve à y redire, bien au contraire : c’est un gage d’authenticité. Les cabines, huit au total, sont réunies sur le pont inférieur.

Soudain, un cri de joie retentit. L’escalier qui mène au pont principal est très étroit, mais qu’importe, tout le monde s’y engouffre et se précipite à l’extérieur. Et là, ô surprise, plusieurs dauphins ont décidé d’accompagner le bateau et de lui faire une haie d’honneur en sautant joyeusement. Un peu plus tard, le spectacle viendra du ciel avec un coucher du soleil d’une beauté à couper le souffle. Le premier d’une longue série, tous les soirs à la même heure.


Le deuxième jour débute devant la bien-nommée Ile Ronde par une session de plongée avec palmes, masque et tuba : il y en aura beaucoup d’autres puisqu’une, voire deux ou même trois sorties en mer pour les plus motivés, sont proposées quotidiennement. Les eaux translucides permettent d’admirer une faune sous-marine incroyablement riche et variée. Demoiselles, perroquets, poissons-lions sont légion, mais il n’est pas rare de croiser une raie ou de nager à fleur d’eau aux côtés d’une tortue marine. Les plongeurs confirmés suivent de leur côté un programme à la carte, y compris de nuit (l’équipement complet est prévu sur le bateau).

L’après-midi est consacré à la visite de la Vallée de Mai, sur l’île de Praslin : une forêt tropicale classée au patrimoine mondial de l’Unesco qui abrite le fameux coco de mer, surnommé coco-fesses en raison de ses formes suggestives. La visite de ce fascinant jardin d’Eden se fait en compagnie d’un guide qui n’a pas son pareil pour repérer, ici un lézard accroché à un tronc, là un oiseau posé sur une branche.


Lundi, direction La Digue. L’annexe amène les passagers du Sea Pearl au port. Ils ont quartier libre pour la journée sur cette petite île de 5 km de long où l’on circule essentiellement à pied, en vélo… et en char à bœufs ! Entre maisons créoles et plantations de vanille, la route principale mène à des plages paradisiaques : l’anse Sévère, l’Anse Patates et surtout l’anse Source d’Argent avec son paysage de carte postale : de superbes blocs granitiques sombres font ressortir la couleur dorée du sable et le bleu cristallin de la mer.


Le lendemain, le bateau jette l’ancre au large de Grande Sœur, bordée de deux plages idylliques séparées par un jardin luxuriant, puis se rapproche de l’île Coco, étonnant morceau de granit entouré d’un spot de plongée mémorable. Sur le Sea Pearl, pendant la navigation, chacun vaque à ses occupations : lecture ou contemplation au fil de l’eau sur le pont arrière à l’abri du soleil, détente sur le solarium, jeu de société dans la salle à manger…

Mercredi, déjà ! Enfin, le vent s’est levé. Le capitaine propose aux passagers de participer aux manœuvres, de hisser les voiles et de leur expliquer le fonctionnement des appareils manuels de navigation, aussi anciens que le bateau. Cap sur l’île de Booby, puis sur Aride, une île peuplée d’oiseaux multicolores, où pousse le fameux bois citron.


Le butinage d’île en île se poursuit le lendemain avec une escale sur Curieuse, sanctuaire de plusieurs centaines de crabes et de tortues terrestres géantes. Il faut emprunter un sentier de randonnée, puis suivre une longue passerelle en bois qui traverse la mangrove pour atteindre une plage de rêve. Au programme, barbecue les pieds dans le sable, baignade dans les eaux turquoise et plongée en apnée.

De retour sur le bateau, la journée se prolonge : la mer est d’huile, c’est le moment idéal pour sauter dans l’océan depuis les filets ou pour mettre à l’eau le paddle et les kayaks, qui attendaient leur tour sur le toit de la cabine du capitaine.

Le vendredi, retour à Mahé avec une longue navigation déjà empreinte de nostalgie (demain, il faudra débarquer…). Le soir, au mouillage, le Sea Pearl partage la baie avec des yachts de luxe et des catamarans géants : de véritables palaces des mers qui, aussi somptueux soient-il, se font toujours voler la vedette par ce vieux deux mats qui attire tous les regards…

 

Les trucs en plus… et en moins

 

Le + : oubliez les hôtels de Beauvallon (Mahé), au bord d’une plage bondée et loin d’être la plus belle… Pour le même prix, voire même moins cher, une croisière sur le Sea Pearl est la meilleure des formules pour découvrir les Seychelles. Y compris en famille : à bord, les enfants ont une impression de (fausse) liberté et les parents sont tranquilles…

Le – : le mal de mer. Ok, ça peut arriver. Sur 12 personnes à bord, 2 en ont souffert (un peu) pendant deux heures, pas plus. Un détail sur une semaine !

 

Silhouette Cruises : www.seychelles-cruises.com
Office du tourisme des Seychelles : www.seychelles.travel

Photos : Jean-Christophe Lapostolet

Article reformaté pour le web – Parution initiale dans le magazine Croisières, 2017.

1 Commentaire

  1. Après lecture, on a qu’une envie, c’est d’embarquer !
    Merci à vous pour nous faire vivre pleinement à travers vos mots, la croisière. Une belle découverte! Les photos font également rêver , bravo.

Laisser un commentaire